FUGUE STELLAIRE (MANIFESTO)

 

 

 

... Si vous avez l'impression d'être dans un monde qui ne vous correspond pas, c'est peut-être

 

parce que vous êtes venu pour aider à en créer un nouveau.

 

Ce n'est pas vous qui êtes trop petit ou trop grand, c'est le monde qui paraît trop grand ou trop

 

petit. Vaste !... Si vaste et pourtant si restreint et cloisonné.

 

En réalité il n'en est rien !

 

Le monde, l'univers, l'espace et le temps, aussi vastes et insondables soient-ils, ne sont que les

 

prolongements de notre être. Ils sont exactement tels que nous les percevons. Ni plus ni moins !...

 

Une des clés c'est de créer son île !... Créer son île et l'évaster au maximum, que les gens soient

 

extrêmement loin mais loin ! Alors l'univers sera vaste !

 

Tellement vaste l'univers !... Enorme puissance l'univers !...

 

... Cette formidable perfection que l'on nomme Vie n'a rien d'un miracle, tout est mathématique,

 

tout est limpide comme l'eau pure !

 

Regardez les étoiles, et demandez-vous qui là-haut est en train de vous regarder !

 

Regardez tout autour de vous, les arbres, les plantes, les fleurs, les oiseaux, les insectes ...

 

Regardez la course des nuages, l'astre qui nous éclaire le jour, la lune qui illumine nos nuits,

 

et plus loin encore, les autres étoiles, les nébuleuses, les galaxies ...

 

Toutes ces formes géométriques, toutes ces couleurs ...

 

Et puis regardez-vous, vos yeux, vos mains ...

 

Tout est là, tout est écrit, dessiné, relié et universel !

 

Comment douter encore devant toutes ces évidences ?

 

 

 

 

 

Sentez ! Ressentez ! S'il le faut fermez les yeux ... Vous sentez ?

 

Les atomes ... Les cordes ... Les fusions ...

 

Le sang qui comme le fleuve coule dans nos veines ...

 

Le coeur et tout le corps qui mesurent votre temps ...

 

Vous sentez ?...

 

La gravité qui nous fixe en apparence ...

 

La rotation de notre Terre et sa folle course immuable autour de notre étoile ...

 

La vertigineuse fuite en avant de notre galaxie et de toutes ses voisines ...

 

Ressentez tout ça !... Soyez tout ça !...

 

Aimez et pardonnez !

 

Riez, souriez et dansez !... Amusez-vous et déguisez-vous !...

 

Ecoutez Mozart au moins une heure par jour !

 

Puis écoutez les oiseaux chanter ... C'est la même tonalité !

 

Marchez pieds nus dans l'herbe aussi souvent que possible !

 

Restez connectés et n'oubliez jamais !

 

La vie, la mort, l'amour ... Tout cela n'est qu'un !

 

Inspirez ... Expirez ... Vous sentez ?... Vous êtes vivant !

 

...

 

 

 

 

Moi ...

 

Lorsque mes yeux regardent les étoiles,

 

je frissonne et je sens fourmiller dans ma moelle

 

D'ineffables troupeaux d'atomes anxieux :

 

Où serai-je dans un an, globes mystérieux ?

 

Dans quel astre du Ciel, dans quel coin de l'espace

 

Vais-je aborder un jour, naufragé qui passe ?

 

Ce coeur qui bat en moi, ce front qui pense en moi,

 

Ces yeux pleins de rayons et de larmes d'émoi,

 

Dont le regard s'envole aux étoiles de flamme

 

Et semble le coup d'aile éperdu de mon âme !

 

Quoi ! Tout cela fût vain ?... Quoi ! Tout cela mourrait ?

 

Une graine fait croître une fleur au guéret !

 

Un gland mûr détaché d'une branche sordide

 

Va renaître au printemps dans un chêne splendide !

 

Tout revit, évolue, en tout temps, en tout lieu :

 

Et l'Homme, qui peut-être est la larve d'un Dieu,

 

L'Homme, sublime fleur du globe gigantesque,

 

Seul irait se dissoudre en un néant grotesque ?!?

 

Ô tourbillons fervants des astres glorieux,

 

Non !... La mort est absurde et révolte les Cieux !

 

Je le sais !... Je le sens !... Et mon oeil qui dèja se voile

 

Va peut-être bientôt te voir, éblouissante étoile !...

 

... ... ...

 

 

 

 

Mais pardon, je m'égare ...

 

Revenons à notre espace présent et commun :

 

Tiens, au loin une myriade de nuages sans doute à la faveur d'un orage !

 

Non, les variations ne trompent pas !

 

Içi, si le soleil apparaît, c'est qu'il est en fuite lui aussi, et ne restera

 

que quelques secondes ! Suffisantes sont-elles pour me dissuader de quitter les lieux !...

 

Ceux qui sacrifient le Sud pour un ciel si incertain ont déja commis l'irrémédiable !...

 

Que coûte alors le Soleil ?...

 

La Manche ???

 

Ou pire ... Une paire de manches !...

 

Bah !...

 

Les miennes sont trop petites !!!

 

 

... ... ... ... ... ...

 

 

 

Kanaka Koa aka AO
Tous droits réservés.